FREDERIC MULLER

Stéphane Chamak, auteur… et ange gardien littéraire

                          Un quidam m’aborde, méfiant mais curieux : – C’est quoi au-dessus de votre tête? – C’est mon « ange-gardien littéraire » – Hein ? Et…et… C’est quoi un « ange gardien littéraire »? – C’est un bonhomme généreux qui vous aide en toute discrétion, qui vous injecte de la motivation quand vous en manquez, qui vous inspire, et qui vous protège de loin sans jamais rien demander en retour. – Ça se trouve où? – Ça ne se trouve pas. Ça vient à vous, sans faire de bruit, en jonglant avec des mots et en distillant de l’amitié. – Ça me plairait d’en avoir un. – Désolé, le moule est cassé. – Pff… En plus d’être mon ange gardien littéraire, Stéphane Chamak est avant tout un bosseur fou, fécond et talentueux, doté d’une personnalité incroyablement bienveillante et d’un style unique. Son imagination est sans limite et il parvient toujours à surprendre ses lecteurs quels que soient les thèmes ou les genres qu’il aborde. Il a déjà publié 1 roman, 5 recueils de nouvelles, soit plus de 60 histoires incroyables qui vous feront voyager, rire ou pleurer pendant des heures. A découvrir A B […]

L’Anthologiste

  Aurélien Poilleaux, c’est l’âme d’un projet un peu fou : une maison d’édition de nouvelles en ligne nommée L’Anthologiste! Amoureux de littérature et en particulier des textes courts, précurseur de l’édition numérique, Aurélien a dépensé une énergie folle pour mettre au point, entre autres, une collection bluffante de recueils collectifs nommée « Pause-nouvelle ». Je suis très heureux que « Némésis et tarte au riz » lui ai plu. Elle fait désormais partie de sa jolie collection. Vous pouvez la retrouver sur son site ici dans le recueil « Histoire à lire avant la fin du monde ». Aurélien vient de sortir son premier roman « 99 filles » et je ne voulais pas manquer l’occasion de parler de son travail. Aurélien fait partie de ces passionnés qui méritent d’être mis à l’honneur. N’hésitez pas à vous promener sur son site.

La réponse à tout!
(titre racoleur, c’est fait exprès)

Je ne suis ni devin ni divin et pourtant j’ai trouvé la réponse à tout! Hé oui, rien que ça m’sieurs, dames! De nombreuses personnes sacrifient toutes leurs existences à analyser des documents pointus, à fouiller l’histoire, à étudier des ouvrages obscures, à observer les méandres de nos sociétés. Ils écrivent des millions de pages et perdent leurs raisons sur la question du pourquoi du comment des choses… et c’est moi, petit provincial désargenté et scribouilleur de bas-étage, qui ai trouvé le graal de la connaissance humaine. C’est fou quand même, non? Comme en plus d’être prétentieux, je suis généreux, j’ai décidé de partager avec vous la réponse à tout. Roulement de tambour, tadam… brr… tadam… la réponse à tout est : « Parce que le profit dirige le monde » (et que le « désir du pouvoir » lui est irrémédiablement lié) Voilà, voilà… Faites le test, ça marche. Pourquoi mange-t-on des tomates dégueulasses en grande surface? Pourquoi Sarkozy peut-il revenir sur le devant de la scène politique française? Pourquoi est-ce que les chaînes télés misent tout sur les « ch’tis », les « secret story », les « île de la tentation » et autres programmes décérébrés? Pourquoi est-ce que 80% des films qui sortent sont totalement débiles? Pourquoi […]

L’autoédition: libre et responsable?

Nous avons (presque) tous la liberté d’écrire. Un crayon, un bout de feuille, et c’est parti! Dans le fond d’une cave, dans le train, accoudé au bar, la tête à l’envers (enfin euh), de la main gauche, de la main droite, en mangeant une pizza, en écoutant Michel Delpech (si si)… ou, plus simplement, installé devant son bureau les pieds enfoncés dans d’épaisses charentaises. On peut écrire partout et tout le temps. Même sous les pires dictatures, même dans les parties les plus pauvres du monde, il y a encore des gens qui parviennent à écrire, avec courage et avec passion. Ecrire ne demande pas beaucoup d’investissement matériel ou technique (même si l’accès à l’éducation et donc à l’écriture n’est pas toujours simple partout). Outre le fait que l’écriture soit à mon sens un acte éminemment politique (j’y reviendrais une autre fois), c’est donc aussi une des activités les plus libertaire dont nous pouvons faire l’expérience. Je ne suis ni membre d’une secte, ni enfermé dans une prison, ni sous le joug d’un tyran (en tout cas en apparences). A priori, personne n’exerce d’autorité ou de contrainte sur mon imaginaire et je peux écrire 1 milliard de mots sans que […]

Les concours de nouvelles

J’ai eu la chance et l’honneur d’être deux fois lauréat d’un prix lors du concours international de nouvelles policières de Liège, en 2008 et en 2010 (suis plus sûr des dates). Ces deux nouvelles ont été publiées dans les recueils collectifs que le concours sort chaque année aux éditions Luce Wilquin. Les concours sont ce qu’ils sont et on peut être très critique envers eux. Il y a des « bêtes » de concours qui raflent tous les prix mais sont incapables d’écrire autre chose. Il y a les concours « clientélistes » où ce sont toujours les mêmes profils d’écrivants qui l’emporte. Il y a les concours où les membres du jury n’ont jamais lu un livre. Il y a des concours où il faut payer des sommes astronomiques pour pouvoir participer (c’est suspect quand même). Il y a des concours « au piston » où les lauréats semblent toujours connaître quelqu’un dans l’organisation, etc. Mais il y a aussi des concours fabuleux, avec un jury pointu, un prix intéressant et une organisation professionnelle. Participer à ce genre de concours est selon moi primordial quand on débute dans l’écriture. Pas tant parce que c’est l’occasion d’être lu par des pros (on ne gagne pas toujours et on […]